Le disque SSD : l’usage se démocratise (particulier et datacenter)

Si la situation économique n’est pas aux coûteux achats non indispensables, le marché du SSD continue cependant de progresser. Preuve l’augmentation croissante de ce marché et un prix d’entrée qui se démocratise de plus en plus vers les particuliers en recherche de rapidité. (Mon MacBook Pro en est aujourd’hui équipé de 2 : 1 en remplacement du lecteur DVD et un en remplacement du disque dur de base).

Selon IHS iSuppli, il se serait vendu 12,9 millions de SSD durant la première moitié de 2012 et il devrait s’en vendre 17,5 millions sur le seul dernier trimestre de cette année. Cela ne représente pas grand chose par rapport au marché global des disques durs, mais le mouvement devrait aller en s’amplifiant alors que la concurrence et la finesse de gravure de la mémoire font baisser les prix. Aujourd’hui, il est possible de trouver sur le marché un SSD de 256 Go de très bonne facture comme le Crucial M4 autour des 150 euros, soit largement moins de 1 euro le Go. Ce mouvement va certainement aller en s’amplifiant, étant donné que l’on atteint un pic de performances à cause du SATA III et que le tarif deviendra bientôt le premier argument de vente pour départager des SSD dont seuls les tests de performances arriveront à les départager alors qu’en usage courant les différences seront de moins en moins sensibles.

Profitant du salon VMworld Europe, le fabricant californien de disques SSD (Solid State Drive) STEC a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée auprès des visiteurs sur les usages des SSD dans les datacenters européens.

Plus d’un responsable d’informatique d’entreprise sur deux (56 %) a indiqué avoir déployé des SSD dans son système d’information. L’adoption des disques Flash se confirme largement puisque les deux tiers des responsables équipés (37 % des personnes interrogées) vont même jusqu’à envisager de prolonger l’expérience et d’installer plus de SSD dans leur SI au cours de l’année prochaine.

La performance, en attendant la compétitivité

STEC a également interrogé les visiteurs sur les usages du SSD. Sans surprise, 75 % d’entre eux ont cité les performances et la réactivité des disques SSD, et 73 % le nombre d’opérations en entrée/sortie par seconde (IOPS) et le temps de réponse.

En revanche, et là aussi ce n’est pas une surprise, la compétitivité, l’avantage concurrentiel apporté par les SSD n’a été cité que par 1 % des répondants.

Cela amène à deux commentaires : le prix des SSD demeure élevé et donc ne figure pas dans les arguments qui militent pour cette technologie, c’est donc la performance qui pilote leur déploiement ; l’usage du SSD se répand rapidement dans les datacenters européens, à un rythme qui se rapproche des pratiques américaines. Le passage à la technologie Flash ne se discute plus, elle s’impose quel qu’en soit le prix… pourvu que celui-ci continue de baisser !

Enfin, selon les responsables informatiques européens, ce sont surtout (59 %) les applications de base de données qui généreront la plus forte demande en SSD au cours de l’année à venir.

Pour moi en tout cas j’ai un ordinateur rapide et silencieux. Un plaisir.

No comments yet... Be the first to leave a reply!

Laisser moi votre sentiment....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s