14 % de croissance pour les 100 fleurons du numérique français en 2015

Trois locomotives à plus d’un milliard d’euros. Publié hier soir, le classement des ‘100 du digital’, qui recense les 100 premières entreprises françaises dans le logiciel, le jeu vidéo et les services Internet, montre clairement la domination de ce qui apparaît comme les trois principales réussites du numérique en France à ce jour : Dassault Systèmes dans le logiciel (2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le logiciel en 2015), Ubisoft dans le jeu vidéo (près de 1,4 milliard) et Criteo dans les services Internet (1,2 milliard). Des leaders qui dominent de la tête et des épaules le classement établi par Tech in France (l’ex-Afdel) et le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) ; leurs successeurs immédiats (Cegedim dans le logiciel, Ingenico ePayments dans les services Internet et Gameloft dans le jeu) naviguant entre 250 et 440 millions d’euros. Ensemble, les 100 fleurons français du numérique pèsent 10,6 milliards d’euros.

100digital2015

Globalement, ces 100 premières entreprises françaises du numérique ont connu en 2015 une croissance de 13,6 %, supérieure à celle de 2014. « 40 % des entreprises du classement ont connu en 2015 une croissance à deux chiffres », explique Jamal Labed, le président de Tech in France (en photo ci-dessus). La progression du secteur est notamment favorisée par la bonne santé des services Internet. Parmi les 6 croissances les plus explosives de 2015, 5 émanent de sociétés de cette catégorie : Bilendi, Criteo, Teads, Deezer et Fimalac. Mais cette explosivité concerne avant tout le Top 5 des services Internet (qui progresse de 62 % en un an), tandis que les 25 sociétés suivantes connaissent, elles, une légère décroissance d’une année sur l’autre.

« 20 éditeurs cotés ? C’est ridicule »

Le logiciel a connu lui aussi une année faste, avec 10,6 % de croissance pour les 100 premiers éditeurs hexagonaux (qui, collectivement, pèsent 6,3 milliards d’euros). « On observe une véritable résilience du logiciel français : depuis 9 ans, la croissance annuelle moyenne s’établit à 8 % », observe Pierre Marty, associé au sein du cabinet de conseil et d’audit PwC. Le classement établi par Tech in France et le SNJV, en partenariat avec PwC, note l’effet positif des acquisitions (pour Dassault Systèmes notamment), des taux de change et évidemment du Saas. Ce mode de commercialisation pèse désormais 12,4 % du chiffre d’affaires des 100 premiers éditeurs français (en croissance de 17 % sur un an). Notons également que ces derniers réalisent 63 % de leur chiffre d’affaires à l’export, un taux il est vrai déformé par le seul Dassault Systèmes (qui culmine à 91 %). Les éditeurs classés entre la 51ème et la 100ème place réalisent, hors de nos frontières, à peine un quart de leur activité.

Si, hors Dassault Systèmes, les éditeurs français peinent à devenir des géants mondiaux, c’est peut-être en raison de la faiblesse du marché boursier parisien, selon Jamal Labed. « Au total, seuls une vingtaine d’éditeurs sont cotés. C’est ridicule comparé à la situation aux Etats-Unis mais aussi en Grande-Bretagne. La bourse devrait être le vecteur de financement de notre industrie ». Le président de Tech in France milite pour la création d’un compartiment dédié sur Euronext et un fléchage de l’épargne ouvrant les portes de la bourse à davantage de sociétés du logiciel. Des sociétés qui d’ailleurs réalisent d’ailleurs plutôt de solides performances boursières. Selon PwC, entre 2011 et fin 2015, les actions des éditeurs français ont progressé en moyenne de 114 %, contre 19 % pour le CAC 40. C’est même mieux que le fameux Nasdaq américain (+ 86 % sur la même période).

No comments yet... Be the first to leave a reply!

Laisser moi votre sentiment....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s